François-Auguste Mignet
Collège international
Aix-en-Provence
 

Scénariste - dialoguiste

lundi 29 janvier 2007, par la rédaction

 

Le scénario est le document qui relie toutes les équipes qui s’occupent du film. Mais au fil du temps, il subit toujours plusieurs modifications. Or tout le monde doit avoir la même version.
Il faut donc à chaque modification éditer un nouveau livret.
Et chaque fois, il faut le relire entièrement pour repérer les changements.

Les Anglais utilisent des pages de couleurs différentes.
Les Français ont d’autres habitudes.

En France la collaboration entre le réalisateur et le scénariste est peut-être plus grande.
Et il est assez normal que le réalisateur intervienne. Pour travailler, il a besoin de s’approprier l’esprit du scénario.

Naturellement, on ne se lance pas tout de suite dans la rédaction du document long, la continuité dialoguée. On commence en principe par un synopsis, qui résume le scénario en moins de dix pages. A ce stade, on ne trouve pas encore les dialogues.
 

D’où naît l’idée originale d’un scénario ?
Il n’y a pas de règle.  Parfois c’est l’idée d’une image qui fait naître le film.
On part de l’idée globale. Au fond un scénario c’est : D’où on part, où on va, par quel chemin. Truffaut disait que pour faire un film, il faut t avoir le début et la fin. Après, on remplit.

C’est difficile d’écrire un scénario d’adaptation ?
Dans le cas d’une adaptation, c’est différent. Il s’agit de ne pas trahir le texte mais de le rendre le plus cinématographique possible.
La question permanente est à peu près celle-ci : est-ce que ça sert le film ? est-ce que c’est dans l’esprit du texte ?

Les dialogues s’écrivent de la même façon. Ici les dialogues ne sont pas simplement empruntés au textes. Ils sont choisis et retravaillés.

Pour le Temps des secrets et le Temps des amours, où était la difficulté ?
Il y avait d’abord une première exigence : Il fallait arriver à passer de deux livres à 180 minutes.
C’est-à-dire qu’il a d’abord fallu beaucoup enlever. Sinon on aurait largement débordé la durée du film.

Vous avez lu toutes les versions ?
Le temps du film on a eu en main neuf versions différentes du scénario. Certaines scènes ont été ajoutées, d’autres déplacées.

Comme régisseur j’ai eu connaissance du scénario à partir de la version 5.
Chaque modification a des incidences sur le décor, les costumes, les figurants, etc.
Le plan de tournage qui se modifie et tout s’enchaîne.

Est-ce que le scénario dit tout ?
Non, il ne peut pas tout dire et c’est très important pour le metteur en scène.
Par exemple, tout ce qui n’est pas dit est espace de liberté pour l’acteur et le metteur en scène qui le dirige. Il faut alors arriver à concilier la représentation personnelle d’un acteur ou d’un autre avec celle du réalisateur. Il y a là beaucoup de choses à négocier et chacun a sa méthode ou ses habitudes.
Le plus souvent cela se passe bien mais il arrive que le réalisateur ne soit d’accord sur la capacité de pouvoir interpréter un certain nombre d’émotions.

Est-ce qu’il y aura une voix off dans le film ?
La voix off est inévitable ici. C’est elle qui rappelle que ce sont des souvenirs et qui fait le lien entre les scènes. Et puis, sensations, sentiments, émotions seraient perdus si on ne donnait que des actions.

 
Collège international François-Auguste Mignet – 41 rue Cardinale - 13100 Aix-en-Provence – Responsable de publication : Nathalie MANIVET-DELAYE
Dernière mise à jour : vendredi 18 juin 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille