François-Auguste Mignet
Collège international
Aix-en-Provence
 

Traditions de Noël : La Befana et les recettes gourmandes

vendredi 31 juillet 2009, par A.B.

Fêtes et traditions

  La Befana

La leggenda

Arriva la Befana


l
e Panettone

le Pandoro

Il Panforte

I Ricciorelli





La Befana

La Befana è una vecchietta che vola su una scopa ; porta uno scialle sulla testa e i suoi abiti scuri sono strappati e sporchi di fuliggine, perché per entrare nelle case si cala giù dal camino. Questa vecchina, la notte del 5 Gennaio, quando le persone dormono, porta doni ai bambini : bambole, macchinine, libri, giochi vari e dolciumi. Se qualcuno è stato disubbidiente, troverà carbone, cenere, cipolle, aglio. Una settimana prima della festa, i bambini cercano di fare “i buoni” e la sera prima preparano la calza appesa al camino e vanno a letto presto. Sono emozionati, curiosi di vedere il loro regalo, ansiosi per l’arrivo della Befana e talvolta, un po’ impauriti. Il giorno della festa sono allegri, contenti del regalo ricevuto o un po’ delusi perché non sono stati accontentati e per il carbone che nelle calze non manca mai. Molti bambini credono che la Befana sia la moglie di Babbo Natale e che abiti al Polo Sud, mentre il marito vive al Polo Nord. Babbo Natale non sempre riesce ad accontentare i desideri dei bambini e a questo cerca di rimediare la Befana.


La leggenda della Befana

Un giorno, i Re magi partirono carichi di doni (oro, incenso e mirra) per Gesù bambino. Attraversarono molti paesi guidati da una stella, e in ogni luogo in cui passavano, gli abitanti accorrevano per conoscerli e unirsi a loro. Ci fu solamente una vecchietta che in un primo tempo voleva andare, ma all’ultimo momento cambiò idea, rifiutandosi di seguirli. Il giorno dopo, pentita, cercò di raggiungere i Re Magi, che però erano già lontani. Per questo la vecchina non vide Gesù Bambino, né quella volta né mai. Da allora, ella, nella notte fra il cinque e il sei Gennaio, volando su una scopa con un sacco sulle spalle, passa per le case a portare ai bambini buoni i doni che non ha dato a Gesù.


Arriva la Befana

Zitti, zitti bimbi buoni,
presto, presto giù a dormire :
la Befana è per venire
col suo sacco pien di doni.

La Befana è una vecchina
che discende dalla luna
sulla scopa di saggina
non appena il ciclo imbruna.

E si accosta pian pianino
alle calze e alle scarpette
messe in fila sul camino
e, ridendo, mette e mette...

Fuori soffia tramontana
e vien giù la neve bianca,
ma pei bimbi la Befana
non ha freddo e non si stanca.


Le Panettone

Le panettone est le plus connu des gâteaux italiens et on peut le trouver partout dans le monde. Il existe même des pays, comme le Pérou, qui ont adopté le panettone au même titre que les italiens, en faisant de ce gâteau un ingrédient absolument nécessaire du repas de Noël. Le panettone est une sorte de grosse brioche d’environ 30 centimètres de haut, dorée à l’extérieur et fourrée de raisins secs et d’écorces de fruits confites – bien que de nombreuses variantes existent aujourd’hui, par exemple le panettone fourré de noix ou amandes, chocolat ou diverses crèmes. Il existe de nombreuses traditions au sujet de la dégustation du panettone : en tranches fines ou épaisses, grillé ou trempé dans du lait, accompagné de sauces ou de crèmes, avec des boissons chaudes ou bien avec un vin doux. Ce gâteau est apparu à Milan, au XV ème siècle, mais les origines de sa fabrication sont couvertes de mystère. Certaines légendes racontent qu’il est apparu à la cour des Sforza, au cours d’un banquet très réussi – tous les plats étaient des merveilles, mais, hélas, le gâteau a brûlé avant de pouvoir être servi. Un jeune aide-cuisinier du nom de Toni a eu alors l’idée d’un gâteau très simple : il a préparé une pâte en mélangeant rapidement de la farine, de la levure, du beurre et du sucre, ainsi que des fruits confits, épices et raisins et a versé le tout dans un moule, avant de le mettre au four. Peu de temps après, la délicieuse odeur du panettone a commencé à se répandre pour la première fois. Les convives royaux ont tant apprécié ce plat qu’ils l’ont nommé avec le prénom de celui qui l’a créé : « il pan di Toni ». Une autre légende dit qu’un jeune homme, nommé Toni, était amoureux de la fille d’un pâtissier et, pour gagner la confiance de celui-ci il s’est fait passer pour un apprenti pâtissier et a réussi à inventer un gâteau si délicieux qu’il est entré dans la légende.

Le panettone est longtemps resté une denrée de luxe et le cadeau que les importants hommes d’affaires milanais offraient à leurs clients pour Noël. La recette a été modifiée pourtant, à un moment donné et la technique de fabrication s’est beaucoup rentabilisée, ce qui a fait du panettone un des gâteaux les plus connus au monde. Il faut toutefois dire que le bel panettone qu’on peut acheter , dans sa boite caractéristique, est une variation de celui originel : les règlements européens, par exemple, imposent un temps de cuisson bien plus long que celui traditionnel, ce qui donne un gâteau beaucoup plus sec que l’original. Pour ceux qui veulent savourer un panettone aussi ressemblant à l’original que possible il existe plusieurs recettes sur le web et dans les livres de recettes.




Le Pandoro

Il y a environ une centaine d’années, les pâtes à levain se sont répandues de plus en plus en Italie, ce qui a fait qu’une nouvelle recette de Noël est apparue à Vérone. Il s’agit du pandoro, un gâteau doré en forme d’étoile ou de sapin de Noel, parfois saupoudré de sucre pour ressembler aux pics enneigés des sapins. Son nom signifie “pain doré”, et des variantes de pains de ce type existaient aussi du temps de la Rome antique, ainsi qu’aux repas royaux tout au long de l’histoire. La fabrication de ces pains était assez coûteuse et c’est seulement le 30 octobre 1894, à Vérone, qu’un certain Domenico Melegatti obtient un brevet lui permettant de produire le pandoro à l’ échelle industrielle. Le pandoro se mange ainsi bien sec qu’accompagné de diverses sauces et crèmes (de mascarpone, de chocolat ou de champagne, par exemple).




Le Panforte

Le troisième gâteau de Noël italien, le panforte, vient d’une autre région de l’Italie, la Toscane, et plus précisément de la ville de Sienne. Il contient des épices, du miel, des amandes fraîches et des fruits confits, et la légende dit qu’à l’origine (vers 1205) les paysans et les serfs amenaient ce type de gâteau aux religieuses du couvent de Montecellesi, en guise de recensement. Quand le soin de préparer des mélanges d’herbes et d’épices médicinales est passé des couvents aux pharmacies, le secret de la fabrication du panforte s’est aussi transmis et beaucoup de marques de panforte d’aujourd’hui gardent le nom des chaînes de pharmacies qui les produisaient. Ce gâteau se déguste accompagné de vin, et on préfère l’accompagner de Vin Santo, un vin sucré produit traditionnellement par les monastères toscans. Le nom de ce gâteau signifie “pain fort”, et cela ne signifie aucunement qu’il soit dur, mais fait référence aux épices qu’il contient. Son nom d’origine était “panpepato” (“pain au poivre”), car on y mettait beaucoup de cette épice. Bien que moins populaire que ses deux confrères, ce gâteau est très prisé des toscans, les petites pâtisseries toscanes gardant chacune précieusement leur propre recette. A Sienne on dit, en plus, qu’un panforte doit contenir exactement dix-sept ingrédients différents, pour représenter chacune des Contrade de la ville.




I Ricciorelli

Toujours de Sienne viennent, enfin, les ricciarelli, des petits biscuits secs aux amandes, qui contiennent aussi du miel, du sucre et du blanc d’oeuf. Ces biscuits peuvent avoir une forme ovale, ronde ou en diamant et sont saupoudrés de sucre. Ils sont consommés avec des vins doux, comme le Vin Santo dont on a déjà parlé. Traditionnellement, ces biscuits se préparent en trois jours : le premier, les amandes sont broyées et mélangées au sirop de sucre, le deuxième jour on modèle les biscuits (certains disent que leur forme en amande est celle des yeux de la Madonne, sur les anciennes peintures de la Renaissance italienne), et le troisième jour on les met au four. Le résultat : des petits gâteaux assez sucrés.


 
Collège international François-Auguste Mignet – 41 rue Cardinale - 13100 Aix-en-Provence – Responsable de publication : Nathalie MANIVET-DELAYE
Dernière mise à jour : mercredi 23 juin 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille