François-Auguste Mignet
Collège international
Aix-en-Provence
 

Rencontre avec Mme Guérin, résistante --- novembre 2008

lundi 8 décembre 2008, par la rédaction

Mme Taranne, notre professeur d’Histoire, nous a permis de rencontrer cette femme qui par un récit extraordinaire nous a raconté ce qu’elle a vécu pendant la guerre.

Seulement quelques classes de 3è ont eu le privilège de cette rencontre pour mieux comprendre leurs leçons d’histoire.

A 87 ans, Mme Guérin est tout autant énergique que lors de ses 18 ans, pendant la guerre. Cette dame, devenue écrivaine aujourd’hui, suivait alors des études d’infirmière et d’assistante sociale au début de sa majorité. Elle affirmera ses compétences de 1940 à 1944 pendant l’occupation des Allemands en France.

   



Mme Guérin nous a parlé de ses actes, si dangereux soient-ils, qu’elle a accomplis.
Je me répète en disant que lorsqu’elle a commencé à faire de la résistance, elle était infirmière, ce qui a beaucoup servi aux résistants.
Le premier acte qu’elle a accompli fut d’accompagner deux des "neveux" d’un collège infirmier de son service. Voilà comment Mme Guérin entra, sans le savoir dès le début, dans la résistance, car les deux "neveux" de son collège étaient en fait de jeunes Juifs, menacés par les camps de concentration (Auschwitz, …).
Ensuite vint une suite d’actes tout aussi héroïques, car ces accompagnements se répétèrent de temps à autres. Notre narratrice nous raconta comment elle et son mari avaient échappé à une mort certaine, le motif aurait été "fait de la résistance".



   







Une fois, elle et ses amies avaient trompé un Allemand, elles lui ont indiqué effectivement le mauvais arrêt où ce malheureux allemand voulait descendre.
Notre héroïne nous dit aussi comment la pénurie d’aliments et de vêtements faisait rage. Les Allemands réquisitionnaient tout, leur laissant le strict minimum, histoire ne pas avoir à creuser des tombes.
Plus tard, elle alla dans le maquis où elle servit d’infirmière. Elle soigna des blessés qui étaient, comme vous l’avez sans doute deviné, des résistants.
Là-bas, elle et des chirurgiens recevaient du matériel médical et des vivres par parachutages britanniques (les Britanniques aidaient les résistants). On parachutait beaucoup de choses : argent, nourriture, armes, instruments médicaux, …

Un jour, notre résistante apprit que les Alliés avaient débarqué le 6 Juin 1944 en Normandie.

   


Malheureusement en retournant chez eux, les Allemands, voulant profiter de la France jusqu’aux derniers instants. Ils tuèrent beaucoup d’innocents.

Mais malgré toutes ces péripéties et tout ces dangers, Simone Guérin survécut et ouvrit après la guerre une maison d’accueil pour les enfants revenant des camps de concentration.


Cet échange a été aussi émouvant qu’enrichissant. Mme Guérin nous a beaucoup émus et nous a rappelé que même si l’histoire est enseignée par des professeurs qualifiés, rien ne vaudra jamais un échange avec quelqu’un qui a du vécu. Nous, 3°9, tenons a remercier Simone d’être venue nous raconter sa vie de résistante.


parMlles Blanco, Charrier, Languille, et Simon 3è 9


 

Merci Madame Guérin et Madame Taranne
 


 
Collège international François-Auguste Mignet – 41 rue Cardinale - 13100 Aix-en-Provence – Responsable de publication : Nathalie MANIVET-DELAYE
Dernière mise à jour : mercredi 23 juin 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille